Clin d’oeil historique

Texte de Nicole Gauvin, administratrice de l’ARLSC

Lac Saint-Charles 1951

Certains d’entre vous sont peut-être curieux de savoir à quoi pouvaient bien ressembler les rives du lac Saint-Charles au moment où débuta son urbanisation.  Il me fait plaisir de venir partager avec vous quelques uns de mes souvenirs d’enfance qui remontent aussi loin qu’avant la construction du dernier barrage, celui que vous connaissez bien puisqu’il est toujours en fonction aujourd’hui.

Il sera plus précisément  question du secteur que j’habite, celui des Épinettes-Rouges  que je connais depuis ma plus tendre enfance, puisque mon père y acheta en 1946 un terrain, du fermier John Morrow dont les terres couvraient une bonne partie du secteur des Épinettes-Rouges . Il y construisit d’abord un chalet où notre famille

Photo été 1948 chalet M. Georges Gauvin

passait tous ses étés et en 1972, le chalet fut démoli pour faire place à une maison nous permettant d’y vivre à l’année.  Aujourd’hui encore, ma famille habite toujours cette propriété.

Au début,  une étroite route de brousse partait du Chemin de la Grande-Ligne pour venir rejoindre une petite route de terre, (l’actuelle rue des ÉpinetteRouges) reliant les terrains en bordure du lac depuis le rétrécissement séparant le premier du deuxième lac (la passe) jusqu’à la propriété de la famille Casulo qui l’habite encore aujourd’hui. C’est à peu près là que la terre de M. Morrow rejoignait celle de M. Bibeau, le fermier voisin.

On peut dire que le côté ouest du lac était alors  la propriété de fermiers qui utilisaient ces terres pour la culture des fourrages et pour y faire paître le bétail qui avait aussi accès au lac pour s’y abreuver. Les quelques riverains de l’époque devaient clôturer leurs terrains et y installer une barrière pour éviter que les vaches viennent y brouter les végétaux qu’ils avaient plantés pour orner ces terres pratiquement dénudées.

Voici quelques photos de famille illustrant cette période:

Photo été 1948. Elle est prise sur le terrain situé au 1854 des Épinettes-Rouges et en direction nord-est.

Pour les plus curieux, précisons que les 2 petites filles font aujourd’hui partie de votre CA.  Il s’agit de Louise Plamondon-Drolet, secrétaire de l’ARLSC et de Nicole Gauvin, administratrice de l’ARLSC.

Photo été 1950 ou 1951, peu de temps après le début de la construction du barrage actuel, est aussi prise sur les berges du terrain de Georges Gauvin, au 1854 des Épinettes-Rouges.

Remarquez l’absence de la strate arborescente et la petite plage.  Je tiens à mentionner que ce n’était pas un été de sécheresse.

Soulignons que suite à l’arrivée du barrage construit par la Ville de Québec, l’eau monta par dessus le talus et plus encore.  Le lac Saint-Charles venait de subir le pire épisode d’érosion des berges de toute son histoire … et ne s’en est jamais remis depuis.

Et dire qu’aujourd’hui, on tient les riverains responsables du déboisement des berges et des rejets de phosphore dans le lac … Depuis l’arrivée des villégiateurs et depuis 50 ans, le lac Saint-Charles n’a jamais été aussi boisé !

Photo été 2010. Berge du même terrain au 1854 des Épinettes-Rouges.

En espérant que vous aurez eu autant de plaisir à lire cette petite page d’histoire de notre lac que j’en ai eu à partager ces souvenirs d’enfance avec vous.

Afin de créer un petit album historique du lac Saint-Charles, votre CA vous invite à lui faire parvenir des photos anciennes représentant votre coin du lac.  Les photos devront dater d’avant l960, contenir une petite légende explicative et seront ensuite publiées sur le site Internet de l’ARLSC.  Toute personne intiréressée devra les faire parvenir par courriel à l’adresse de l’ARLSC: arlsc@ccapcable.com

Nicole Gauvin

5 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Yves Guay dit :

    Un grand merci à Nicole Gauvin pour nous avoir partagé ses souvenirs!
    C’est révélateur, on s’aperçoit que les riverains sont un plus pour le lac et non des pollueurs tel qu’on s’acharne à le proclamer.

    Merci encore Nicole et Mariane pour le travail que vous faites.

    Yves Guay et Claire Robitaille

  2. renald therrien dit :

    j`aime beaucoup .

  3. Côté Aline dit :

    Bonjour Nicole, quelle belle initiative de ta part de nous amener à cette réalité de la vie du Lac dans ces années là, je t’en félicite grandement. Je sais que le père de mon mari Un dénommé Lyska Racine est venu ici pêcher à la truite durant les année 1940, je n’ai malheureusement pas de photos de lui durant cette époque puisqu’il est décédé très jeune. Encore mes félicitations.

    Au plaisir,

    Aline

  4. Effectivement, merci Nicole pour ce texte, mais surtout, pour ces magnifiques photos qui parlent d’elles mêmes!

  5. Bravo Nicole, très intéressant comme lors de notre rencontre en 2015. Au plaisir de te recroiser 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s