Quelle est votre association?

L’Association des riverains du lac Saint-Charles (ARLSC) représente ses membres et participe à l’amélioration de la qualité de l’eau du lac Saint-Charles. L’association est préoccupée par les problématiques de cyanobactéries (algues bleues), d’érosion des berges et du vieillissement accéléré (eutrophisation) du lac Saint-Charles.

L’Association des riverains du lac Saint-Charles est encore jeune, mais s’efforce d’être à l’écoute des inquiétudes et des réalités que vivent en ce moment les riverains du Lac-Saint-Charles. Voilà  pourquoi l’ARLCS s’est donné comme mission :

– De préserver la beauté de l’environnement du lac,  tout en gardant un équilibre entre le plaisir de l’utilisation et le respect de celui-ci.

– De promouvoir auprès de la population de saines habitudes d’utilisation du lac et de ses environs ;

– D’informer et de renseigner ses membres concernant tout ce qui concerne les écosystèmes relatifs au lac ;

– D’initier, de soutenir et d’appuyer toutes les actions visant le rétablissement de la qualité de l’eau du lac, de même que l’amélioration du caractère de ses berges :

– D’accompagner les décideurs dans le but de faire valoir et de défendre les intérêts et les points de vue des riverains dans toutes les démarches nécessaires à l’élaboration et au maintien de règles visant l’amélioration de la qualité du Lac :

– D’assurer une cohabitation harmonieuse des résidents avec  leur environnement naturel, tout en soutenant l’économie locale et en maintenant la valeur économique et patrimoniale des propriétés riveraines.

– D’agir comme leader dans la recherche de solutions pérennes pour éviter l’eutrophisation du lac

Mise en contexte historique
Cette mise en contexte s’impose pour comprendre la gravité du déclin rapide d’un des principaux réservoirs d’eau de la ville de Québec, le Lac-Saint-Charles.

Au début de la colonie, le lac St-Charles était un lieu de pêche exceptionnel, fréquenté par les Amérindiens, les communautés religieuses, ainsi que les notables de la région. La qualité de l’eau y était excellente, puisque la rivière des Hurons, principal affluent du lac, lui amenait une eau froide et abondante. Le fond du lac était pierreux et bien oxygéné réunissant ainsi les conditions gagnantes pour un écosystème bien équilibré.

La construction d’un premier barrage en 1934  à la décharge du lac, suivie de son rehaussement en 1948, ont eu pour effet d’augmenter considérablement le volume d’eau.

Ce fut le plus grand choc écologique que le lac a vécu. Ce coup s’est traduit par un rehaussement de 2 mètres du niveau de l’eau, inondant toutes les terres basses avoisinantes, créant ainsi les Marais du Nord.

Une autre conséquence du barrage a été l’apport de tonnes de terre arable et d’humus vers le fond du lac transformant son lit original de sable et de gravier en un lit de vase propice à la formation d’algues et de plantes aquatiques. Ce nouveau milieu de vie, devenant de plus en plus difficile pour la faune aquatique indigène, annonçait déjà la disparition de plusieurs espèces de poissons telles que l’omble de fontaine et la truite grise.

La pression urbaine, causée par les développements immobiliers autorisés par toutes les municipalités de l’époque (constructions, déboisement, multiplication des fosses septiques) autour du lac et principalement en bordure de la rivière des Hurons, constitue le second choc propice au vieillissement accéléré du lac.

Entre 1981 et 2001, la population de la municipalité de Stoneham-et-Tewkesbury a augmenté de près de 50%, tandis que durant la même période, la population de la MRC a augmenté d’environ 35%. Cet accroissement démographique a occasionné une demande accrue de l’eau potable, ainsi qu’une augmentation de la production d’eau usée.

Il s’en est suivi des phénomènes comme l’érosion des berges, la construction de bassins de décantation, la fertilisation abondante des sols, pour aggraver encore la situation.

Il existe toujours des éléments perturbateurs naturels propices à la dégradation d’un lac.

Cependant, en général, une détérioration normale prend des siècles, voir des millénaires, à se produire. Le lac St-Charles, quant à lui, a franchi de façon très accélérée les dernières étapes de vieillissement au cours des cinquante dernières années. Nous concluons donc que ce sont, selon toutes vraisemblances, les deux  grands chocs mentionnés ci-dessus qui s’avèrent être les coupables de ce vieillissement prématuré.

Les membres de l’ARLSC
L’ARLSC, est entièrement formée de membres bénévoles. Elle est dûment enregistrée depuis avril 2007 et compte plus de 200 membres riverains!

Le conseil d’administration de l’ARLCS est formé de sept personnes,  élues parmi les membres actifs pour un mandat de deux ans lors de l’assemblée générale qui se déroule annuellement.

Les comités
Des comités de bénévoles viennent en renfort pour aider le CA dans la réalisation de certain projet.

–         Comité des communications 

–         Comité des voisins

Les actions de sensibilisation
Il est essentiel de sensibiliser ses proches, parents, voisins, visiteurs aux besoins de conservations du Lac, de ses habitats fauniques et de la flore.

Il est important de participer activement aux projets de développement durable comme la régénération des rives, le nettoyage des berges ou les actions communautaires écologiques.

Il ne faut pas craindre d’initier de nouveaux projets qui cadrent avec le maintient des écosystèmes.

Les défis des acteurs de l’eau du bassin versant du Lac
Quatre défis fondamentaux attendent les acteurs de l’eau qui cherchent à améliorer l’état de santé de leur lac :

  • L’éducation et la sensibilisation. Elles sont essentielles à l’instauration de pratiques respectueuses de l’environnement.
  • L’amélioration des connaissances Il est nécessaire de mieux connaître son lac afin de mieux le protéger, car on accorde toujours plus de confiance et d’attention à ce que l’on connaît qu’à ce que l’on ne connaît pas. Il est donc primordial que les décideurs et la population soient informés le mieux possible sur l’état du lac et les bonnes pratiques pour le maintenir en santé.
  • L’action La planification de l’action et l’implantation d’un plan d’action impliquant une vision à long terme demeurent les meilleurs moyens à prendre en vue de protéger son lac à long terme.
  • L’adoption de bonnes pratiques Les causes des problèmes touchant un lac sont souvent évidentes (bandes riveraines dégradées, certaines activités agricoles ou forestières intensives, etc.). Il est donc possible de mettre en œuvre des interventions mineures, qui permettent d’améliorer la qualité de l’environnement, en parallèle de la mise en œuvre du plan.

L’union fait la force!  Pourquoi une association?
Plusieurs acteurs, dont vous-même faites partie, peuvent nuire à la qualité de l’eau d’un lac. En revanche, tous ces acteurs peuvent également contribuer à améliorer la qualité de l’eau du lac. Il importe donc de les regrouper et de les faire participer à la recherche de solutions.

Les associations de lac représentent des voix privilégiées capables de signaler les problèmes et les menaces que subissent les lacs, puisqu’elles émergent de citoyens sensibilisés, intéressés et convaincus qui habitent les rives et le bassin versant du lac. Le pouvoir d’information et d’éducation s’en trouve renforcé et devient plus crédible qu’une démarche individuelle. Par conséquent, l’association de lac et les regroupements d’associations deviennent des interlocuteurs importants auprès des municipalités, des ministères et d’autres organismes.

Le CA de l’ARLSC

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Tsibucas gaston dit :

    Je tiens seulement a ce moment ci, vous dire merci a vous ainsi que toute l’équipe de l’attention et de votre travai acharné sur la survie de notre remarquable Lac. Moi et ma conjointe somme conscient de l’importance de garder notre environnement sain, et d’avoir une équipe comme la votre qui garde un œil ouvert au moindre problème du Lac nous rassure et nous permet aussi d avoir une équipe a qui ont peut poser des questions et en connaître davantage …………………

    Merci …………….Gaston et Gina

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s